Extraits de : LaToile

Décor:

Une place publique avec deux bancs une sculpture contemporaine et une sanisette 

 Oasis  va à la rencontre de l’homme  debout près de la sculpture. Catharsis  se dirige  vers la sanisette  et y entre.

 

Oasis : Vous attendez quelqu’un ?

 

Zorro :   Oui, sauf que je suis en  retard et cette personne est dans doute déjà partie. Je crois que nous nous sommes manqués.

 

Oasis : Moi aussi j’attends quelqu’un. Je vais peut-être vous paraître bizarre mais je crois savoir qui vous êtes.  Vérité, c’est vous  ?

 

Zorro : Vérité ? Vous avez parlé de  Vérité ?

 

Oasis  (faisant mine de s’éloigner) : Vous devez me prendre pour une folle. Je m’explique : Vérité  est un pseudo  virtuel. Je ne connais même  pas le nom de la personne que j’attends et le pire est que je ne sais même pas à quoi il ressemble. Excusez-moi de vous avoir dérangé !

 

 ( Elle s’éloigne un peu gênée )

 

Zorro : Attendez, ne partez pas !  J’ai quelque chose d’important à vous dire.

 

Oasis :  Oui,  je m’en doute !  Je  ne suis pas là pour ça !

 

Zorro : ( la rattrapant  par le bras) Moi non plus je ne suis pas là pour ça. Je l’attends aussi !

 

Oasis : Qui ça ?

 

Zorro : Vérité !

 

Oasis : Vérité vous a aussi donné rendez-vous ici ?

 

Zorro : Oui. Tout  comme vous !

 

Oasis : Comment vous appelez-vous ? Je veux dire quel est votre pseudo ?

 

Zorro : Zorro !

 

Oasis :  Ah oui ! Zorro est arrivé  sans se presser  avec son cheval et son grand chapeau ! Il vous manque le cheval et le chapeau mais ça encore ce n’est pas trop grave. On s’en passera. L’ennui c’est qu’il n’y a pas de Zorro sur le blog de Chopin et encore moins sur le blog de théâtre «  Scènes buissonnières ». Vous êtes un menteur. Vous n’attendez pas Vérité ou alors vous ne vous appelez pas Zorro. Vous ne seriez pas Chopin par hasard ?

 

Zorro (riant) : Si je suis un menteur,  c’est que j’ai un grand besoin de Vérité  Je ne suis pas Chopin, ce qui est mon plus grand regret car je suis un peu pianiste à mes heures … enfin j’étais. Je ne connais pas ce Chopin virtuel qui se ferait passer pour Zorro arrivant  sans son cheval pour assumer sa quête de Vérité. Dieu qu’Internet est compliqué !   Presque plus que la vie-vie. Désolé mais je ne connais pas les sites dont vous me parlez.

 

Oasis : Qu’est ce qu vous appelez la « vie vie » ?

 

Zorro : La vie,   si vous préférez :   La vie par rapport au monde virtuel que j’appellerais  « la presque vie ».

 

Oasis ( émue) : C’est vous Vérité !  Je vous reconnais maintenant. Votre façon de faire de l’esprit. Je vous imaginais presque comme vous êtes.

 

Zorro : Mais non ne m’appelle pas  Vérité ! J’aimerais bien. Je ne demande pas mieux mais je n’ai pas été choisi par le divin pour être l’incarnation d’une quelconque  Vérité. Mais  vous,  comment vous appelez-vous ?

 

Oasis : Sur Internet ou dans la vraie vie ?

 

Zorro : Votre pseudo. Nous sommes parfois plus vrais sous nos pseudos.

 

Oasis : Je m’appelle « Oasis  »  Je sais  que c’est un peu prétentieux.

 

Zorro : Mais non, c’est tout à fait charmant, Oasis ! Combien d’ombres drapées dans leur solitude ont traversé le désert de la Toile pour rencontrer Oasis ?  Peut-être n’êtes vous qu’une escale juste avant de trouver notre Vérité?

 

Oasis : C’est vous ! Je le sais. J’en suis  même certaine. D’ailleurs si vous n’êtes pas Vérité comment l’avez vous connu ?

 

Zorro : Il est  tout  simplement venu sur mon site. Il y a un an,  j’ai ouvert un blog appelé : « Cherchez, vous trouverez » J’y aborde  toutes sortes de questions sociales philosophiques et de plus en  plus spirituelles. A ma grande surprise, des gens se sont reconnus dans les sujets  que je traite.  Beaucoup ont éprouvé le besoin de parler de Dieu. Parmi eux, il y avait une certaine   Vérité. Je l’aurais peut-être préféré féminine car on dit bien la vérité. Pourtant,  j’ai acquis la conviction que Vérité ne pouvait être qu’un homme.

 

Oasis : Et pour cause puisque c’est vous. Vous êtes metteur en scène ?

 

Zorro : Hélas non. Quel dommage ! Vous projetez sur moi des choses sublimes qui malheureusement  n’ont rien de commun avec moi :  D’abord  l’illustre Chopin, ensuite La Vérité  ce qui n’est pas peu dire  et pour finir un metteur en scène alors  que je ne suis qu’un modeste psychologue scolaire qui s’occupe des orientations des collégiens. Ceci n’a rien de  très transcendant.

 

Oasis : Pensez-vous que Vérité soit un pseudo classique  sur Internet ?

 

Zorro : Les gens choisissant des pseudos pour mieux se cacher, quoi de plus excitant de se dissimuler en se faisant passer pour la vérité ? C’est encore plus tentant que le masque de Zorro.

 

Oasis : J’ai donc attendu pour rien.  Je peux donc vous croire quand vous dîtes n’être pas Vérité ?

 

Le livre La Toile

Extrait : Scène 4

 

Scène 4 Catharsis , Zorro

 

Zorro : Ça suffit Catharsis ! Je vous ai déjà dit que je ne suis  pas votre  vérité. Je ne vous connais pas. Je ne suis pas une projection de vous : j’ai aussi mon histoire et mes problèmes  En tous cas,  ce n’est pas avec vous que j’avais rendez-vous. Pour moi, Vérité est un homme. Il joue du piano et il n’a pas honte d’assumer son homosexualité.  Si ce n’est pas aujourd’hui, il viendra une autre fois. Nous ne cherchons certainement pas le même.

 

Catharsis :  Je me serais trompée à ce point ?  Quelle chance ai-je de trouver ma vérité si l’homme qui m’a écrit des phrases si sensibles n’existe pas ? Pourquoi suis-je  là ?  Je ne sais plus. Je crois que je vais rentrer mais je ne sais même pas si j’en ai envie. Pour aller où ? Je me sens si seule.

 

Zorro : Nous sommes toujours seuls face à nous-mêmes. Personne ne vous attend chez vous ?

 

Catharsis : Si,  bien sûr ! En voilà au moins un qui compte sur moi. Il aura vidé plusieurs cannettes de bière, même pas préparé le repas et bien entendu pas écrit une seule ligne. Si je tarde un peu,  il me demandera d’un ton agressif où est ce que j’étais encore. Comme si j’avais l’habitude de faire d’autres fugues que virtuelles !

 

Zorro : Ce sont le pires. Elles nous transforment en fantôme pour notre entourage. Notre corps est avec eux mais notre âme se promène ailleurs, même pas sur un écran. Sait-elle seulement où elle se ballade notre âme ? Elle se confond avec d’autres à tel point qu’elle ne sait même plus si elle s’appartient et encore mois si elle est toujours attachée à notre être. Vous êtes malheureuse avec votre époux ?

 

Catharsis : Je n’y pense pas.  Ma vie est une prison mais je peux trouver la liberté à l’intérieur de moi,  même si je sais qu’elle n’est qu’une illusion.

 

Zorro : Vous ne revivez que  face à votre clavier. Je connais ça aussi.

 

Catharsis : Je vis ou je fais semblant. Comment savoir ?  Quelle réalité ont mes mots qui vibrent sur des claviers tremblés   sous la pression de mes doigts    qui tâtonnent ? Parfois ces mots  devancent ma pensée,   se trompent, effacent  jusqu’à la délivrance du clic : «  Votre message a bien été envoyé ». Y a- t’il seulement quelqu’un  au bout du clic  ou me mots seront- ils interceptés par des gens qui ne s’adresseront jamais à moi ? Me sentir en communion avec une personne  que je ne verrais sans doute jamais  me fait mal. Savoir que je ne pourrais jamais mettre un visage sur ses mots, croiser son regard,  entendre son rire ou simplement l’effleurer des doigts est au-dessus de mes forces : une telle relation n’est peut-être pas  humaine.. Je voudrais demander au virtuel de tenir ses promesses.

 

Zorro : Quelles promesses ?  Celles que vous vous êtes inventées ? Le virtuel ne promet rien. Si la vie n’est qu’illusion, elle se répand dans le virtuel, son double… Il n’y a personne dans ces cyber-cathédrales ou au contraire tant de monde que l’on ne s’y entend  plus. Quand une  âme   en fugue percute le cœur d’une personne plutôt que son âme, ça peut être violent car seules les âmes étaient concernées. Vous avez raison : les relations virtuelles ne sont pas humaines. Quand des dialogues impliquent les âmes et pas les corps elles ne peuvent qu’être spirituelles ! Le divin dialogue avec nous chaque fois que nous sommes  disposés à l’entendre. Il est présent  chaque fois que les âmes se promènent sur la Toile et fusionnent un instant avec d’autres âmes.

 

Catharsis : Je croyais aussi que c’était Dieu qui me soufflait certains textes ou encore rayonnait à travers les phrases lumineuses que m’adressait Vérité. Ne me dîtes pas que les corps ne sont pas concernés. Le mien  est tout empli de Vérité.

 

Zorro :  Comment est-ce possible ?  J’aimerais pouvoir le ressentir aussi mais pour moi la communication virtuelle est plus abstraite, peut-être un avant-goût qui de ce qui nous attend dans l’au-delà. Aimer, vibrer mais sans aucune larme pour pleurer lorsque l’on est triste parce que les âmes se séparent et même pas de doigts pour les caresser ou pour tenter de les retenir : En ce sens le virtuel fait mal : Plus que dans les disputes et les injures, sa plus grande cruauté est dans ces instants de bonheur dont il est le commencement et la fin.

 

Catharsis :   Non, Vérité ! C’est immense et c’est  sans fin….

 

Zorro : Justement,  l’infini,  est notre propre effacement.

 

Catharsis : Les échanges y sont peut-être désincarnés, mais lorsque les mots  vibrent et me  touchent au plus profond moi,  je ne veux pas laisser mon âme m’entraîner trop loin. Je ne suis pas sûre  de pouvoir la suivre ni même d’en avoir envie.

 

Zorro :  Elle vous mènerait jusqu’à Dieu ?

Parution en 2015

Le livre

 

LA CHARLITUDE, ÇA N'EXISTE PLUS

de  Martina Charbonnel

107 pages noir  et blanc 14,85x21 illustrations N et B

9,80 €

 ISBN  : 979-10-90342-21-7

 2014

 

MOUVEMENT CONJONCTION

L'avant-garde en peinture

Auteurs :

Georges Koutsandréou et Martina Charbonnel


Le livre MOUVEMENT CONJONCTION Bannière 648x6

153 pages couleurs  format A4 39,59 €

ISBN : 979-10-90342-19-4

2013

 CLONITUDE

de  Martina Charbonnel

Roman ( écrit en 1997)

200 pages(14,8x21cm)  16 €

979-10-90342-16-3

2012

Le livre L\'enterrement du dernier peintre

L'enterrement du dernier peintre

de Martina Charbonnel


Livre sur l'art contemporain

283pages 14,85x21 16 €

ISBN :  979-10-90342-08-8

 

Le livre L\'injection létale

L'injection létale

Les dangers d'une loi sur l'euthanasie

de Martina Charbonnel

109 pages  14x85x21  11,50 €

 ISBN  979-10-90342-12-5


Vague rose sur fond noir

de Martina Charbonnel

Politique  ; élections 2012

247 pages 14,8 X 21

14,50 €

  ISBN  :979-10-90342-07-1


Du vent et des larmes

de Tramontane ( Martina Charbonnel)

Politique : élections de 2007

193 pages 11x17

11€

 ISBN : 979-10-90342-06-4

 2011

Bagages accompagnés

de Martina Charbonnel 

Théâtre  (1994)

62 pages  14,8x2  12€

ISBN: 979-10-90342-05-7

 

Tapage nocturne

de Martina Charbonnel

Théâtre (1995)

111 pages   12 €

ISBN : 979-10-90342-04-0

 

Jeu de l'Oie

de  Martina  Charbonnel

Théâtre  (1985)

68 pages 14,85x21  11€

ISBN : 979-10-90342-03-0

 

La sourcière

de Martina Charbonnel

Théâtre (1985)

59 pages 14,85x2  11€

ISBN : 979-10-90342-02-6


Fais le beau !

de Martina Charbonnel

Théâtre (1985)

68 page 14,85x 21  11€

 ISBN : 979-10-90342-02-6

 

Théâtre I et II

de Martina Charbonnel ( 1984)

"Tombe amoureuse"

 "Faux-fuyant "

73 pages  11€

ISBN : 979-10-90342-00-2

 

La maternelle

 de Martina Charbonnel

Théâtre ( 1985)

80 pages  14,85x21  11 €

978-2-9536608-9-0


2010

Les meubles parlent

de Martina Charbonnel

Théâtre  (1993)

112 pages 14,8 X 21  13 €

 ISBN : 978-2-9536608-8-3

 

Gens d'entresol

de Martina Charbonnel

Théâtre  ( 2004)

82 pages  14,8x21  11,60 €

  ISBN : 978-2-9536608-7-6

 

UNe aventurière de Dieu

Le livre Une aventurière de Dieu

Une aventurière de Dieu

de Martina Charbonnel (2009 )

Témoignage spirituel

266 pages  16 €

 ISBN 979-10-90342-12-5

 

La grognasse

Le livre La grognasse

La grognasse

 de Martina Charbonnel

Roman humoristique 

 152 pages   12,50 €

ISBN : 979-10-90342-09-5

 

La Toile

Le livre La Toile

La Toile

de Martina Charbonnel

Théâtre :  (2007)

93 pages 14,85x21 10,10

 ISBN  : 978-2-9536608-3-8

 

Gigaconsom 

de Martina Charbonnel

  Théâtre  ( 2005)

Édition 2015 :

79 pages  14,5x21  9,60 

ISBN : 979-10-90342-23-1


L'être aimé invisible

de Martina Charbonnel

Amour et métaphysique

152 pages 11x17  9 €

N° ISBN : 978-2-9536608-4-5

Libérez Dieu  ! Lettre ouverte à Dieu

de Martina Charbonnel

123 pages 11x17

9,53 €

 ISBN :978-2-9536608-1-4